Présentation

Selon le rapport mondial sur la violence et la santé publié par l’Organisation mondiale de la santé, à l’échelle internationale, autant de décès son attribuables au suicide qu’aux actes terroristes, aux guerres et aux homicides combinés. Chaque année, près d’un million de personnes meurent à la suite d’une tentative de suicide. [1]

Selon l’Institut national de santé publique du Québec, depuis le début des années 2000, le taux de suicide a connu une baisse significative au Québec, particulièrement marquante chez les adolescents et adolescentes et chez les hommes de 20 à 34 ans.

Pour l’année 2012, le nombre de suicides au Québec est estimé à 1072, ce qui équivaut à environ 3 décès par jour. En 2011, le taux de suicide était 3,4 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. C’est chez les hommes de 35-49 ans et chez les femmes de 50-64 ans qu’on retrouve le taux de suicide le plus élevé.

Selon les données du CRISE, les tentatives de suicide et les idéations suicidaires sont beaucoup plus fréquentes que les suicides complétés. Sur cent tentatives, une se conclura par un décès.

Au-delà de ces chiffres, il ne faut pas oublier de considérer l’impact énorme sur les proches et l’entourage des personnes décédées par suicide. Bien que la souffrance ne puisse se comptabiliser, un suicide a l’effet d’une bombe dans la vie des personnes touchées. Aux émotions telles que la culpabilité, la colère, la tristesse, s’ajouteront la perte des points de repère et la recherche d’un sens à un acte qui n’en a pas.

Bien que les statistiques soient encourageantes, il n’en demeure pas moins qu’un suicide en est toujours un de trop. La souffrance fait partie de la vie et nous devons avoir la conviction qu’il y a toujours d’autres options que le suicide pour composer avec la souffrance.

[1] UQAM, CRISE : Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie, Problématique et approche, [En ligne]. http://www.crise.ca/fr/cr_problematique.asp?section=crise&sujet=problematique (page consultée le 19 août 2015)

 

Conférence

Réflexions sur le bonheur (PDF)
Texte de la conférence présentée par M. Thomas De Koninck dans le cadre de la Semaine de prévention du suicide à l’Université Laval en février 2005.