Signes précurseurs

Dans la majorité des cas, le suicide ne se produit pas sans avertissement. Habituellement, les personnes en détresse envoient des signes à leur entourage. Évidemment, ceux-ci ne sont pas toujours évidents à reconnaître et la personne ne se confiera pas non plus à tous les gens autour d’elle.

Ces signes ne sont pas non plus différents, dans l’ensemble, des indices que chacun de nous présente, au quotidien, quand nous vivons une période plus difficile. Ce qui fait la différence est souvent l’accumulation, la fréquence et l’intensité de ces indices.

Voici une liste d’indices de détresse fréquents auxquels nous devons porter attention. Si vous avez des inquiétudes pour une personne (voir section: Quelqu’un que je connais m’inquiète), il ne faut pas hésiter à lui en parler directement. Dans le doute, mieux vaut en faire plus que moins.

 

Messages verbaux directs
  • Je veux en finir.
  • Je voudrais mourir.
  • Je serais mieux mort ou morte pour tout le monde.
  • Je vais débarrasser la place.
  • La vie ne vaut pas la peine.
Messages verbaux indirects
  • Je pars en voyage (sans préciser la destination).
  • J’ai enfin trouvé la solution à tous mes problèmes.
  • Bientôt, vous allez avoir la paix.
Indices comportementaux
  • Absences répétées aux cours.
  • Baisse des résultats scolaires.
  • Consommation inhabituelle de drogues ou d’alcool.
  • Bonne humeur soudaine après une période dépressive.
  • Mise en ordre des affaires personnelles: faire son testament, lettres.
  • Intérêt soudain pour les armes à feu ou les médicaments.
Indices émotionnels
  • Tristesse, pleurs et découragement.
  • Agressivité, irritabilité et anxiété.
  • Apathie.
Indices cognitifs
  • Difficultés de concentration.
  • Pertes de mémoire.
  • Indécision.
  • Démotivation.
  • Confusion dans le langage.

 

Référence

Association québécoise de prévention du suicide (2003), Intervenir en situation de crise suicidaire, Programme accrédité de formation.