Quand vos finances vous inquiètent

Qu’ils soient nouveaux, imprévus, incertains ou malheureux, certains événements peuvent bousculer votre équilibre sur le plan financier et générer de l’inquiétude. Cela est peut-être votre cas. Votre situation financière a récemment changé? Vous devez assumer davantage d’obligations financières? Il vous est impossible de travailler pendant vos études? Vous obtenez des prêts et bourses et craignez que cela ne soit pas suffisant? Voici certaines recommandations utiles si vous vous inquiétez concernant vos finances.

Que puis-je faire si mes finances m’inquiètent?

Informez-vous!

Il est possible qu’une part de votre inquiétude soit liée à un manque d’information. Clarifier d’abord votre situation financière. À cet effet, voici un outil qui peut vous aider dans l’établissement d’un budget. Informez-vous des services mis en place par différentes institutions pouvant vous soutenir. Assurez-vous de chercher de l’information auprès de ressources compétentes et reconnues. Il peut s’agir du Bureau des bourses et de l’aide financière (BBAF) de l’Université Laval, des différents paliers de gouvernement (Québec, Canada) ou d’un conseiller de votre institution financière. De plus, le site 211 propose plusieurs ressources pour vous aider, notamment dans la recherche d’un emploi ou l’élaboration d’un budget.

Consultez raisonnablement les sources d’information. Bien que l’inquiétude puisse être envahissante, rappelez-vous qu’il y a des moments pour rechercher de l’information et des solutions, et des moments pour penser à autre chose et vaquer à vos occupations quotidiennes.

Entreprenez des actions concrètes!

Si les sources consultées vous ont suggéré des actions concrètes, agissez en fonction des informations et recommandations obtenues. Il se peut que les actions à poser ne constituent qu’une étape à une solution qui en comporte plusieurs. Il se peut également que ces actions fassent partie d’une solution plus globale et que certains volets ne soient pas de votre ressort. Il importe de reconnaître là où vous pouvez faire quelque chose dès maintenant et d’exercer votre pouvoir d’action là où c’est possible.

Si vos inquiétudes prennent source dans un problème réel, actuel ou ayant de fortes probabilités d’occurrence, les ressources consultées vous suggéreront des pistes pour vous mettre en action. Si aucune action concrète ne vous est suggérée, il se peut alors que vous vous inquiétiez pour des problèmes encore inexistants ou anticipiez des éventualités peu probables. Peut-être alors avez-vous une tendance au souci excessif dans le domaine des finances. Si tel est le cas, la prochaine section vous proposera certaines pistes de réflexions.

Comment savoir si mon inquiétude est exagérée?

Voici certains indices laissant croire à de l’inquiétude excessive:

  • Tout votre entourage vous dit que vous vous inquiétez trop;
  • Vous anticipez des malheurs allant bien au-delà du danger réel;
  • Vous vivez une détresse émotionnelle importante et persistante;
  • Vous éprouvez une difficulté importante et persistante à fonctionner (appliquer les solutions disponibles, vaquer à vos activités habituelles, dormir et manger suffisamment, etc.).

Si c’est le cas, voici d’autres textes utiles:

Je me suis informé et j’ai pris action, mais la situation me rend tout de même très inconfortable, est-ce normal?

Oui. Malgré les actions entreprises, il est possible qu’une part d’incertitude subsiste et que vous ayez le sentiment de ne pas avoir le plein contrôle de la situation. Dans ces conditions, l’inquiétude peut persister.

La fonction principale de l’inquiétude est de vous faire voir les dangers potentiels dans une situation où un problème est perçu. Quand vous vous inquiétez, vous remarquerez donc que vous avez tendance à penser au pire. Cela provoque généralement une hausse des émotions (peur, impuissance, frustration) et vous rend plus inconfortable. De prime abord, il peut être normal de s’inquiéter devant une situation nouvelle et incertaine. Cependant, il importe de reconnaître et limiter l’emprise de l’inquiétude, surtout lorsque celle-ci génère un malaise important ou vous empêche de fonctionner normalement.

Comment savoir si mon inquiétude est exagérée?

Voici certains indices laissant croire à de l’inquiétude excessive:

  • Tout votre entourage vous dit que vous vous inquiétez trop;
  • Vous allez au-delà du danger réel;
  • Vous vivez une détresse émotionnelle importante et persistante;
  • Vous éprouvez une difficulté importante et persistante à fonctionner (appliquer les solutions disponibles, vaquer à vos activités habituelles, dormir et manger suffisamment, etc.).

Si c’est le cas, voici d’autres ressources utiles pouvant vous aider:

Je me suis informé et j’ai pris action, mais la situation me rend tout de même très inconfortable, est-ce normal?

Oui. Malgré les actions entreprises, il est possible qu’une part d’incertitude subsiste et que vous ayez le sentiment de ne pas avoir le plein contrôle de la situation. Dans ces conditions, l’inquiétude peut persister.

La fonction principale de l’inquiétude est de vous faire voir les dangers potentiels dans une situation où un problème est perçu. Quand vous vous inquiétez, vous remarquerez donc que vous avez tendance à penser au pire. Cela provoque généralement une hausse des émotions (peur, impuissance, frustration) et vous rend plus inconfortable. De prime abord, il peut être normal de s’inquiéter devant une situation nouvelle et incertaine. Cependant, il importe de reconnaître et limiter l’emprise de l’inquiétude, surtout lorsque celle-ci génère un malaise important ou vous empêche de fonctionner normalement.

Que puis-je faire si la crainte à propos de mes finances m’envahit et me paralyse?

Voici quelques conseils:

  • Ramenez-vous à l’information disponible ainsi qu’aux actions proposées que vous pouvez mettre de l’avant.
  • Si à ce jour vous avez fait tout ce que vous pouviez, il n’y a rien de plus à faire sinon prendre soin de vous et de vos émotions.
  • Attention de ne pas aller au-delà des faits et des événements avec des scénarios catastrophiques peu réalistes; n’allez pas trop loin dans votre anticipation de l’avenir.
  • Partagez vos inquiétudes afin de diminuer la pression et de prendre une distance pour mieux réfléchir. Parlez-en à des personnes qui offriront une écoute attentive et qui vous aideront à voir la situation de manière réaliste tout en vous guidant vers des pistes de solutions.
  • Reconnaissez vos peurs. Nier ses émotions, se distraire à outrance et tomber dans la pensée positive démesurée s’avèrent des stratégies peu efficaces devant une peur importante.
  • Soyez bienveillant avec vous-même.
  • N’exagérez pas dans vos tentatives pour vous rassurer (exemple: questions, vérifications, recherche d’information). Bien que cela soit utile et adapté si vous le faites de manière raisonnable, l’exagération dans ces conduites tend plutôt à entretenir la peur et l’inquiétude.
  • Établissez des moments de la journée pour la résolution de problèmes concernant les finances et gardez-vous des moments pour vous divertir et penser à autre chose. À ce titre, beaucoup de choses sont accessibles à peu de frais; il s’agit d’être créatif.
  • Continuez à mettre de l’avant ce qui est bénéfique dans votre vie: activité sportive, saine alimentation, sommeil, contact avec l’entourage, projet scolaire.

Si vous avez le sentiment que vos inquiétudes vous envahissent, certaines recommandations proposées ici peuvent être difficiles à appliquer. Si l’inquiétude persiste et conserve une forte emprise sur vous, il peut être indiqué de recourir à une aide professionnelle. Les intervenants du Centre d’aide aux étudiants sont là pour vous. Vous pouvez compléter une demande d’aide en ligne.


Références:

  • LADOUCEUR, R., L. BÉLANGER et É. LÉGER. Arrêtez de vous faire du souci pour tout et pour rien, Paris, Éditions Odile Jacob, 2003.